La production audiovisuelle romande - Edition 2019

 

Avec 88 films mis en production en 2018, la production audiovisuelle romande prouve sa vitalité et sa diversité. Sa présence dans les principaux festivals internationaux est également à mettre en exergue. Outre les films de la collection Ondes de Choc d’Ursula Meier et Lionel Baier (Bande à part Films), Eldorado de Markus Imhoof (Thelma Film) et Fortuna de Germinal Roaux (Vega Production) présentés à Berlin, on saluera la Palme d’Or de Jean-Luc Godard pour Le livre d’image (Casa Azul Films). Forte présence également au Festival de Locarno avec entre autres Le vent tourne de Bettina Oberli (Rita Productions), L’Apollon de Gaza de Nicolas Wadimoff (Akka Films), Insulaire de Stéphane Goël (Climage), Ceux qui travaillent d’Antoine Russbach (Box Productions) ou Un ennemi qui te veut du bien de Denis Rabaglia (Turnus Film).

Pour encourager encore plus ce foisonnement créatif, Cinéforom se doit de réfléchir à son rôle et questionner ses mécanismes de soutien. C’est ainsi que le soutien à l’écriture a été repensé, passant d’une aide sélective à un soutien complémentaire encourageant les producteur-trice-s à investir les bonifications de leurs comptes de soutien dans le développement. Sans pouvoir tirer de conclusions définitives, cette brochure en donne les premiers résultats statistiques.

D’autres réflexions sont en cours pour élargir le champ d’action de Cinéforom. L’une d’entre elles a débouché sur le lancement en 2019 d’un appel à projet en faveur des nouvelles écritures numériques.

Enfin, manquant de données objectives sur les effets économiques en Suisse romande de la production audiovisuelle indépendante, le Conseil de fondation a décidé de lancer une étude statistique confiée à un organe indépendant. Les résultats sont attendus pour l’automne 2019.

La création audiovisuelle et ses modes de consommation sont en pleine mutation. Le besoin de contenus est toujours plus grand pour alimenter les plateformes de diffusion. C’est le rôle de Cinéforom de prendre en compte cette évolution, sans perdre de vue sa responsabilité de service public au bénéfice d’une création audiovisuelle critique, irrévérencieuse, indépendante, innovante, courageuse, mais également désireuse d’atteindre le public.

Gérard Ruey, Secrétaire général

La production audiovisuelle romande Edition 2019
Version page simple
ISSN 2297-3605

Le rapport peut aussi être commandé au secrétariat.

Statistiques et publications



Partager