La production audiovisuelle romande - Edition 2018

Après deux années en demi-teinte, la production audiovisuelle romande a repris de sérieuses couleurs en 2017. Avec 10 longs-métrages de fiction et 16 documentaires, le nombre de films destinés prioritairement aux salles de cinéma mis en production est remarquable.

Avec la réalisation de cinq téléfilms unitaires et d’une série de fiction, les producteurs indépendants romands retrouvent un partenariat avec la RTS digne de ce nom, après une année 2016 extrêmement faible dont on peut espérer qu’elle restera une exception.

Ce nouvel élan de la création audiovisuelle romande est également confirmé par les excellents résultats d’exploitation, avec un total de 250 000 entrées en Suisse pour les films romands. Ajoutons à cela la présence de nombreux films dans les festivals internationaux majeurs et la formidable réussite de la série « Quartier des banques » qui a su conquérir de nombreux téléspectateurs. Nous voulons croire que l’action de Cinéforom n’y est pas étrangère.

L’année 2017 aura également été marquée par les craintes liées aux attaques menées contre le service public. Grâce, entre autres, à une mobilisation de tous les instants de la part de l’ensemble des milieux de l’audiovisuel suisse, le peuple a confirmé clairement son attachement à celui-ci. Ce sont là des encouragements bienfaisants pour celles et ceux qui oeuvrent sans répit au soutien et au développement du cinéma suisse et plus particulièrement pour la fondation Cinéforom.

D’autres batailles nous attendent pour répondre aux défis du futur. À ce titre nous espérons que de nouveaux contributeurs viendront prochainement rejoindre les trois piliers essentiels que sont aujourd’hui l’OFC, les fonds régionaux et la SSR pour la création audiovisuelle de ce pays. Nous
pensons avant tout aux nouveaux acteurs du numérique qui pourraient jouer un rôle clé dans les années à venir. Nous espérons que la future Loi sur les médias électroniques, actuellement en cours d’élaboration au niveau fédéral, permettra de résoudre une partie de cette problématique,
au même titre que cela est en train de se faire chez nos voisins européens.

Les mois à venir nous éclaireront sur la réelle volonté politique de répondre à ces enjeux.

Gérard Ruey, Secrétaire général

La production audiovisuelle romande Edition 2018
Version page simple
ISSN 2297-3605

Le rapport peut aussi être commandé au secrétariat.

Statistiques et publications

16.4.2018



Partager