Ondes de choc

Les cinéastes de Bande à part, Lionel Baier, Ursula Meier, Jean-Stéphane Bron et Frédéric Mermoud ont réalisé quatre fictions coproduites par la RTS et inspirées de faits divers criminels ayant secoué l’actualité suisse de ces vingt dernières années.

Prénom Mathieu de Lionel Baier
Journal de ma tête d’Ursula Meier
La vallée de Jean-Stéphane Bron
Sirius de Frédéric Mermoud.

«Comme tous les pays prospères et tranquilles, le sol helvète est un terreau fertile à l’éclosion des drames du réel que sont les faits divers. L’incongruité de ceux-ci, leur violence parfois, semble au moins proportionnelle à la normalité du quotidien. Comme un barrage de montagne dont l’eau calme masquerait les fissures. Et dans les failles de cette muraille de respectabilité, c’est la vie des Suisses qui se dessine dans ce qu’elle peut avoir de plus personnel, de plus intime et de plus inconscient. Bien qu’ils n’aiment pas  « faire des histoires », nos compatriotes se retrouvent alors les victimes et les bourreaux de récits dostoïevskiens. C’est de cette grandeur-là que Ondes de choc veut traiter. Prendre au sérieux quatre affaires criminelles plus ou moins retentissantes qui ont marqué l’histoire récente de la Suisse romande. Drames familiaux, tueurs en série, dérives sectaires, bavures policières, autant de cas appelés à nourrir l’imaginaire, à faire du réel une légende.

Ondes de choc, c’est quatre films destinés à la télévision, réalisés par quatre cinéastes suisses, qui proposent quatre voyages, dont le point de départ est un fait divers réel survenu dans notre pays, et dont la ligne d’arrivée se confond avec celle de l’imaginaire.»

Lionel Baier, Ursula Meier, Jean-Stéphane Bron et Frédéric Mermoud

 

 



Partager